SIGMAG SIGTV.FR - Un autre regard sur la géomatique et les systèmes d'informations géographiques SIG
SIGTV.FR
SIGMAG & SIGTV - Un autre regard sur la géomatique
 
Twitter
LinkedIn

Cloud souverain, la France crée son propre label et fixe des objectifs




Cloud souverain, la France crée son propre label et fixe des objectifs
Le gouvernement a annoncé, par l'entremise des ministres Bruno Lemaire, Amélie de Montchalin et Cédric O, l’arrivée de son « Cloud souverain » ou « Cloud de confiance ». La France intègre ici l’ère du numérique en répondant aux attentes exprimées autour de la sécurité des données. À l’heure où ces données représentent une véritable mine d’or pour les géants de l’industrie, cette annonce vient s’inscrire dans une logique de souveraineté des données, aussi bien pour les entreprises que pour les habitants.

Pour cela, l’État a donc lancé un plan qui regroupe : un label «Cloud de confiance» (pour offrir des services Cloud tout en garantissant la sécurité de leurs données), une politique « Cloud au centre » (pour accélérer la révolution numérique)et une politique industrielle (pour que les entreprises préservent la souveraineté de leur savoir-faire).

Malgré l'élan, à la fois positif et obligatoire, ces annonces posent quelques questions. En effet, dans un premier temps, cette politique passera par des serveurs situés aux États-Unis, pays le plus avancé en terme de sécurité numérique. Il faut cependant rappeler que les lois extracommunautaires américaines (Cloud Act) autorisent la divulgation de données sur ordre du gouvernement américain, y compris lorsque ces fournisseurs de Cloud (Google et Amazon pour ne citer qu'eux) sont implantées en Europe, car elles ont autorités sur ces sociétés américaines où qu'elles soient dans le Monde. Dans ce cas, même si ces fournisseurs disposent du label, comment assurer la sécurité de données aux États-Unis alors que nous n'y parvenons pas en Europe ? La seule possibilité serait qu'un groupe comme Google créé une totalement société indépendante, qui plus est installée en Europe, ce qui est pour l'heure difficilement envisageable... La France semble donc s'orienter vers une politique de sécurité numérique, mais en ayant, à ce jour, des moyens limités et une envie d'apprendre du pays qui utilise nos données... Lors de la conférence de presse, Roux de Bezieux, président du MEDEF, évoquait bien l'utilisation massive de solutions non françaises comme «défavorable». Or nous semblons avancer sur cette voie...

Le label "Cloud de confiance", une protection renforcée

Cloud souverain, la France crée son propre label et fixe des objectifs
La protection des données des utilisateurs et des entreprises reste la principale priorité de l'État. Les questions de vie privée et de sécurité en font en effet le point le plus important de ce plan. À l'heure où la cybermalveillance se fait de plus en plus pressante, le gouvernement se devait de réagir. La mise en place de ce label «Cloud de confiance» était donc une priorité et repose sur le visa SecNumCloud (pour sécurité numérique) de l'ANSSI avancé par Guillaume Poupard, directeur général.
Ce visa offre aux entreprises françaises une sécurité juridique vis-à-vis des lois extracommunautaires et techniques. Les conditions d'obtention de ce visa seront avant tout sécuritaires (satisfaire aux exigences de sécurité fixées) et géographiques (localiser les infrastructures en Europe et avoir son offre représentée par une entité européenne).

Un exemple de modernisation des services publics : dématérialisation du permis de construire

L'État en son coeur va lui aussi connaître le changement et profiter de cette transformation numérique. En effet, des démarches simplifiées verront le jour comme pour les permis de construire. «Au 1er janvier 2022, grâce au Cloud, nous aurons un système totalement dématérialisé pour les permis de construire, les demandes d'urbanisme (...) une démarche aujourd'hui, c'est un dossier papier en 5 exemplaires», a annoncé Amélie de Montchalin, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques. L'objectif est ici de prolonger la révolution numérique afin d'optimiser les services proposés. Les données sensibles des habitants devront être stockées sur un cloud qui garantit la sécurité de celles-ci, cloud qui recevra le visa SecNumCloud de l'ANSSI.

Autre exemple de cette démarche de modernisation, «Tchap» qui sera la messagerie des services publics afin d'échanger en toute sécurité, un cloud hébergé par le ministère de l'Intérieur. Sébastien Soriano, directeur général de l'IGN s'est montré très optimiste quant à cette politique, déclarant dans le dossier de presse : «Le numérique a permis une fantastique démocratisation de l'information géographique. Il faut maintenant créer des alliances entre l'État, les collectivités territoriales et des communautés ouvertes pour mettre les géodonnées en partage face à la domination des géants du numérique et aux enjeux climatiques. Pour cela, le Cloud est une brique incontournable pour passer à l'échelle».

La souveraineté à la française

L'État a également annoncé le suivi d'un PIEEC (Projet important d'Intérêt Européen Commun), afin d'accéder à la souveraineté numérique européenne, mais aussi au développement économique. Ce PIEEC regroupera 11 pays qui sont la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, la Belgique, le Luxembourg, la Slovénie, la Hongrie, la Tchéquie, la Pologne et la Lettonie. L'objectif ici est encore une fois la protection de données de nos grands groupes.
Au lendemain de l'incident dans les locaux d'OVH, qui a considérablement impacté sites et données enregistrées sur les serveurs de Strasbourg et des questions qui sont apparues, il était nécessaire de lancer un projet de souveraineté de nos entreprises quant à leurs données si précieuses.  Les solutions imaginées dans le cadre de ce PIEEC seront articulées avec l'aide de «GaiaX» qui permettra le stockage de données en Europe, ces données étant pour l'instant gardées dans des agences américaines. Une nouvelle qui saura ravir toutes les entreprises, le stockage aux États-Unis posant tout de même des questions sur la souveraineté voulue comme Européenne et Française...
Schéma de fonctionnement de GaiaX
Schéma de fonctionnement de GaiaX


Article rédigé par Aymeric Tauzias