SIGMAG & SIGTV.FR - Un autre regard sur la géomatique et les systèmes d'informations géographiques SIG
SIGTV.FR
SIGMAG & SIGTV - Un autre regard sur la géomatique
 
Twitter
LinkedIn

L’après Covid-19 : utiliser les données des mobiles pour contrer la prochaine pandémie




L’après Covid-19 : utiliser les données des mobiles pour contrer la prochaine pandémie
En observant les données de géolocalisation des Smartphones, l’opérateur Orange a pu déterminer que 17% des Franciliens, soit 1,2 million de personnes, ont fui la région parisienne à l’annonce du confinement ou peu avant... Pour réaliser ce calcul, l’opérateur a utilisé les données mobiles de géolocalisation de 25 millions d’abonnés en France métropolitaine. Il lui a suffi d’observer les connexions entre les mobiles et les antennes relais à proximité. Cette étude statistique a été menée en collaboration avec l’Insee, de manière totalement conforme aux différentes réglementations en vigueur, notamment la RGPD, sur la base de paquets de données agrégées et anonymisées. Ce principe reste pour l’instant de mise, même si la situation exceptionnelle que nous vivons pourrait le remettre temporairement en cause.
 
Déjà, plusieurs pays d’Asie ou d’Europe (Allemagne, Autriche, Espagne, Italie) utilisent la géolocalisation des Smartphones pour déterminer si le confinement est bien respecté, pour cartographier les concentrations et les mouvements des clients dans les zones à risque par exemple ou bien encore localiser de manière précise un individu déclaré positif au Covid-19. Basées sur le déclaratif volontaire, des applications (comme « CoronApp » développée ces derniers jours par la SS2I française ITSS, mais qui n’a pas reçu l’agrément des autorités françaises) servent d’un côté à déclarer son état (dépisté positif, présentant les symptômes ou négatif) et de l’autre de savoir si l’on a déjà été en contact avec une personne contaminée (pour envisager un dépistage) ou si l’on rentre dans une zone à risque, pour éviter de se trouver à proximité de personnes porteuses du Covid-19... 
 
S’il semble certain qu’un tel recours à la géolocalisation et à l’utilisation des données, anonymes ou pas, va se multiplier dans les prochains jours pour gérer la crise sanitaire à l’instant T, l’exploitation des données des Smartophones va aussi servir à l’après Covid-19. 

Étudier les déplacements des personnes et la propagation du virus

Dans ce contexte, l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) annonce son association avec Orange pour étudier les données agrégées issues des téléphones mobiles pour mieux prédire l’évolution de la pandémie. La chercheuse Vittoria Colizza collabore depuis plusieurs années déjà avec l’opérateur pour étudier les liens entre la mobilité des populations et la diffusion de plusieurs maladies, notamment en Afrique. Cette nouvelle étude s’appuiera sur l’usage des données de mobilité anonymisées et agrégées fournies par l’opérateur téléphonique. 

Il ne s’agira en aucun cas d’étudier les données personnelles de chaque individu ou de retracer les déplacements au niveau individuel. « Nous n’allons pas nous intéresser aux déplacements d’un individu particulier, explique Eugenio Valdano, chercheur qui travaille à l’Inserm avec Vottoria Colizza. Nous allons plutôt analyser des données quantitatives anonymisées qui rendent compte de la mobilité entre zones géographiques grâce à la localisation des antennes relais qui gèrent le signal de communication (appel, texte), qui font état du nombre de déplacements effectués d’un secteur à l’autre en France ». L’équipe pourra néanmoins avoir accès à ces données regroupées par tranche d’âge, ce qui leur permettra d’avoir une idée un peu plus précise du profil démographique des personnes à l’origine des déplacements d’une zone géographique à l’autre.

Dans cette étude, les données fournies par Orange seront utilisées dans un premier temps pour analyser la mobilité avant et après le confinement, comme cela s’est passé avec les Franciliens. L’objectif sera de mieux appréhender comment les personnes changent elles-mêmes leurs comportements en réponse à une épidémie. Par ailleurs, l’étude des données de mobilité enregistrées suite au confinement permettra de mieux comprendre l’impact de celui-ci sur l’évolution de la pandémie, et d’évaluer la manière dont il est respecté par la population.
 
Dans un second temps, les données seront aussi intégrées dans des modèles de diffusion de la pandémie développés par l’équipe, afin de mieux prévoir la propagation du virus en tenant compte de la mobilité des personnes, mais aussi d’identifier les régions à risque de devenir un foyer épidémique et de modéliser l’impact sur le système sanitaire. «Disposer de ces données est très important afin de mieux conseiller les décideurs publics sur la manière dont ils doivent allouer les ressources de santé et pour les informer sur les régions les plus vulnérables», souligne Eugenio Valdano.
 
Alors que de tels travaux peuvent habituellement prendre plusieurs mois à être réalisés, les premiers résultats de cette étude devraient être connus dans les prochaines semaines, tenant compte de l’urgence liée à l’évolution rapide de la pandémie.
 
+ d'infos :
inserm.fr