SIGMAG & SIGTV.FR - Un autre regard sur la géomatique et les systèmes d'informations géographiques SIG
SIGTV.FR
SIGMAG & SIGTV - Un autre regard sur la géomatique
 
Twitter
LinkedIn

Un super conte de noël connecté




C’est la fête pour toute la famille, aussi pour tous les géomaticiens

Un super conte de noël connecté
Il était une fois, au pays des rêves et de la techno. Mais ce conte de Noël pourrait tout aussi bien se passer ailleurs. À vous de voir. Donc, il était une fois une adorable famille qui s’apprête à passer un merveilleux réveillon. Il y a le papa et la maman toujours connectés, deux charmants adolescents également en ligne, et un couple de grands parents peu connectés.

Dès le début de la soirée, papi parle avec émotion du Pacemaker géolocalisé que le chirurgien vient juste de lui implanter, mamie du bracelet qui lui permet de ne plus se perdre. Les enfants font alors diversion pour installer joyeusement le sapin de Noël – une plante dotée d’un QR code pour suivre sa traçabilité que papa contrôle immédiatement – qu’ils décorent de guirlandes multicolores et de hauts parleurs connectés pilotés par maman depuis la tablette de la maison. C’est un festival de couleur de de musique.

Vient alors enfin l’heure des cadeaux. Le père Noël arrive via la Box domestique – pour le fun, il a laissé sa trottinette GPS/Galileo au garage - et d’un simple scan distribue les paquets sans se tromper grâce aux QR codes et aux puces RFID qui y sont collées. Et zou, une signature d’accusé réception, et zou il repart à toute allure après avoir géolocalisé la livraison suivante d’un coup d’œil sur sa montre connectée.

C’est l’euphorie. Chacun ouvre son cadeau avec frénésie dans un festival de ohhhh et de ahhhhh. Pour papa, un thermostat qui règle à distance la chaudière, « chouette ». Pour maman un localisateur grâce auquel elle ne perdra plus rien, « super ». Pour l’ainée, une planche de surf qui donne sa position, celle des vagues, même la météo : « génial ». Pour le cadet, un abonnement à un service de vélos sans borne, « maouse ». Et c’est à ce moment-là que la box domestique tombe en panne. Surcharge, boum patatras ! Fin du conte.
 
Non, je rigole. Car si cette fin d’année est la fête pour toute la famille –et les commerçants- elle l’est aussi pour tous les géomaticiens. Je m’explique. Pacemaker, bracelet, plante, guirlande, musique, box, trottinette, puces, montre, thermostat, localisateur, planche, vélo sans borne : tous ces objets connectés existent déjà et sont géolocalisables. On le sait, on appelle cela l’Internet des Objets (IdO ou IoT). Non seulement ça « tombe en marche », mais on nous prédit qu’ils vont se multiplier.

Selon les sources les plus crédibles du Boston Consulting Group, le nombre d’appareils intelligents connectés à Internet devrait passer de 8,4 milliards fin 2017 à 20 ou 25 milliards en 2020.

L’IdO est portée par l’analyse prédictive, les services et les applications. La géomatique a clairement un rôle central pour, afficher, gérer et interpréter ces données. Et plus particulièrement pour toutes les problématiques d’infrastructures, d’équipements industriels, de transports et de services publics.

Ces quatre cas d’usage devraient générer près de 40% des dépenses. C’est dire ! Mieux encore : en 2025, la sécurité, la transformation de matières premières et l’automobile représenteront la moitié du marché total de l’IdO.

Alors oui, c’est un joyeux noël et surtout une très bonne année pour 2018 et les trois ans à venir à tous les géomaticiens.

Par Hubert d’Erceville