SIGMAG & SIGTV.FR - Un autre regard sur la géomatique et les systèmes d'informations géographiques SIG
SIGTV.FR
SIGMAG & SIGTV - Un autre regard sur la géomatique
 
Twitter
LinkedIn

arcgis.com se classe parmi les sites les plus visités de Suisse




arcgis.com se classe parmi les sites les plus visités de Suisse
La progression d'audience de +3.424 % pour le site arcgis.com a été observée par la société spécialisée SimilarWeb et vient d'être révélée au grand public par RTS (Radio Télévision Suisse). C'est la seconde plus importante du top 100 des progressions de trafic pour le pays, sachant par exemple que la fameuse application "Zoom " n'enregistre une progression sur le net "que" de +1.440 %...

Aujourd'hui, le site arcgis.com se classe comme le 21ème site le plus visité de Suisse, juste derrière celui de rts.ch. À l'inverse, un site comme booking.com "dégringole" à la 93ème place, plus bas encore que Zalando.ch qui se place 81ème... Dès lors, RTS considère que l'information géographique (et l'information, d'une façon plus générale) a plus de succès actuellement que les portails pornographiques qualifiés de "perdants" du confinement, même si le site pornhub   reste au 11ème rang, contre le 9ème en janvier...

Dans un entretien accordé à RTS, Caroline Destrez d'Esri Suisse résume ainsi la situation : « En Suisse comme dans le monde, nous avons remarqué une évolution de l'intérêt du public pour les cartes et les statistiques. Ce virus est invisible, la géographie est un moyen simple de voir et de comprendre son impact. Même si nous n'avions pas envisagé un intérêt aussi important».

L'Organisation Mondiale de la Santé et beaucoup d'ONG sont basées à Genève

L'une des principales explications réside probablement dans la localisation en Suisse, et tout particulièrement à Genève, de nombreuses ONG qui développent des applications en utilisant le programme Disaster Response Covid-19 proposé par Esri.  Surtout, l'Organisation Mondiale de la Santé, qui siège également à Genève, a longtemps publié son propre tableau de bord cartographique  en utilisant les technologies Esri.

Enfin, de nombreuses organisations privées diffusent en interne le tableau de bord de l'université John Hopkins. L'utilisation massive de la carte initiée dès la mi-janvier par l'université John Hopkins  enregistre actuellement, à l'échelle mondiale, plusieurs millions de connexion par jour ! La Suisse doit bien en prendre quelques uns à son compte... 

Après, comme ailleurs dans le Monde, Esri Suisse a également réalisé son propre tableau de bord de suivi national de la pandémie. Si le Dashboard n'a pas été officiellement repris par le Ministère de la Santé (comme c'est le cas par exemple en Allemagne), il est particulièrement visité.

«Nous l'avons développé avec deux collègues basés à Zurich, en utilisant les capacité d'ArcGIS Builder. Cette solution permet d'obtenir plusieurs applications dans nos 3 langues nationales (français, allemand et italien) exploitables à partir d'une seule url, confie Cédric Despierre Corporon, ingénieur solutions chez Esri Suisse et Allemagne. Outre cette particularité linguistique, le tableau de bord est construit de manière classique, en reprenant de manière quotidienne les données officielles fournies par l'Office fédérale de la santé publique (OFPS)».

Covidtracker.ch pour localiser les foyers d'infection de Covid-19

Par ailleurs, Esri Suisse collabore à différents développements comme celui de l'application covidtracker.ch  créée par des étudiants de l'École polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) en partenariat avec le canton de Berne. Le site est basé sur un formulaire qui permet à une personne de déclarer son état de santé et notamment si elle a eu ou elle a développé des symptômes de Covid-19. Le formulaire permet aussi de préciser différentes informations (voyage à l'étranger, condition de confinement, terrain médical préexistant, etc.)

Le but reste d'établir au plus vite une carte indiquant les foyers d'infection potentiels. «La carte a été développée sur ArcGIS Online à partir des statistiques établies au code postal. Elle se base sur plus de 220.000 déclarations. Tout cela est bien évidemment très normalisé, selon un protocole validé par le comité de gestion des données personnelles», assure Cédric Despierre Corporon.

Enfin, toujours pour expliquer cette focalisation d'intérêt autour d'arcgis.com, il existe un certain nombre d'applications non publiques créées à partir d'ArcGIS Hub, notamment par des ONG dans le cadre du programme Esri lié au Covid-19. Elles seront peut-être dévoilées une fois cette crise sanitaire et économique derrière nous.
X.F.

+ d'infos :
Article RTS
covidtracker.ch
ArcGIS Dashboards sur l'évolution du Covid-19 en Suisse