SIGMAG & SIGTV.FR - Un autre regard sur la géomatique et les systèmes d'informations géographiques SIG
SIGTV.FR
SIGMAG & SIGTV - Un autre regard sur la géomatique
 
Twitter
LinkedIn

La France confinée respire à son tour, enfin presque




À son tour la France constate les phénomènes d’amélioration de la qualité atmosphérique observés en Chine, puis dans le Nord de l’Italie. C'est l'une des rares conséquences positives de la tragique pandémie de Covid-19 que nous traversons actuellement.
 
L'Agence spatiale européenne vient de diffuser des images satellites captées par le satellite Sentinel-5P, issu du programme européen Copernicus. Elles montrent clairement les effets du confinement et de la chute de l'activité économique dans différents pays comme la France, l'Italie et l'Espagne.

Cliquer sur l'image pour voir l'animation
Cliquer sur l'image pour voir l'animation
En France, à peine 25% de l’activité économique serait pleinement en marche. Résultat : le dioxyde d'azote (NO2), dégagé lors de la combustion d'énergie fossile et l'un des principaux polluants émis par le transport routier et l'activité industrielle, est en baisse. La pollution de l’air se constate autour des grandes métropoles, comme Paris ou Lyon.
 
Ainsi l’on peut respirer à plein poumons et s’émouvoir de voir des canards dans les rues de la Capitale ou des dauphins nager sans crainte dans les eaux claires des ports. Attention, la situation n’est que temporaire et absolument pas figée !

Le chauffage des bâtiments reste une cause importante de la pollution de l'air

​Au début de cette seconde semaine de confinement, une alerte à la pollution a été déclenchée en Île-de-France. Les températures ont repris une norme plus hivernale que printanière et les « confinés » ont poussé le radiateur. Les chauffages au fioul, les cheminées et surtout les centrales thermiques au charbon d’Allemagne, Pologne, Bulgarie, Roumanie, Ukraine... tournent à plein régime ! Ainsi, la météo pousse un vent d’Est qui ramène sur le Nord de l’hexagone un  «joli» nuage d’air vicié...
 
De l’autre côté de la planète, les observateurs signalent le retour d’un nuage de pollution « quasi habituel » au-dessus de Pékin, signe de la remise en route des usines. Si cette accalmie de pollution va probablement s'observer au-dessus des États-Unis dans quelques jours, la parenthèse environnementale de cette première vague de Covid-19 n’aura duré qu’un temps...

+ d'infos :
esa.int
prevair.org